Dark Seed FR (1993-1994 Cyberdreams)

Forum News Room Actualités Dark Seed FR (1993-1994 Cyberdreams)

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par Aladin, le il y a 3 années et 3 mois.
  • Créateur
    Sujet
  • #137777
    Staff
    Aladin
      • Level 25
      • Messages : 14688

      Dark Seed (1993-94 Cyberdreams)

      Jeu de type point and click de genre « horreur » développé par Cyberdreams sorti en 1992 sur Amiga et PC286-EGA. Puis en 1993 sur MacOS (256 couleurs 68020)et en 1994 sur CD32 et PC386-EGA-CD. Et enfin en 1995 sur PSX et Saturn.

      Deux mondes existent, un monde normal (la ville de Woodland Hills) et un monde parallèle abritant des extra-terrestres. Ce monde est basé sur les dessins qu’a créé HR Giger.

      Il s’agit d’un des rares jeu de l’époque affichant une haute résolution (640×400) aussi bien sur PC que sur Amiga à la demande de Giger lui-même.

      Version OCS et PC: Jeu en français (texte)
      Version CD32: Jeu en anglais
      Version PC-CD: Jeu en français

      Dark Seed (1993-94 Cyberdreams)

      La naissance

      Gregg Cameron et moi venions de signer l’un de nos plus gros contrats, après avoir à nous deux passé 21 ans dans l’agence, et devenions Cameron, Dawson et Tillich, une perspective encore plus lucrative. Je m’appelle Mike Dawson. Non seulement j’ai réclamé un tiers des parts de la société, mais j’en suis aussi le président. Il est difficile de renoncer à ces avantages, surtout lorsqu’on travaille dans l’une des plus grosses agences de publicité de San Francisco.

      Mais j’avais envie d’écrire. Et, pour écrire, il me fallait un coin tranquille ou je pourrais concentrer mes pensées et être réceptif à l’insaisissable grâce de l’inspiration.

      L’annonce dans le journal fit s’envoler tous mes doutes: une grande maison meublée de style victorien à Woodland Hills, en Californie. “Solitude” fut le premier mot qui attira mon attention. Pas de bruit, pas de compétition, pas de système. “Affaire” fut le second. En fait, elle ne valait pas grand chose. Je ne comprenais pas comment le propriétaire pourrait faire le moindre bénéfice à ce prix là. Apparemment, la propriété venait d’être mise en vente et c’était une véritable affaire. Une occasion en or. L’endroit idéal pour écrire des nouvelles.

      Lors d’un récent voyage d’affaires, je pris un jet vers un petit aéroport privé tout près de Woodland Hills. Je fus, à cause d’évènements embarrassants, retardé à l’aéroport. Une fois arrivé sur place, il ne me restais plus que le temps de jeter un rapide coup d’œil à cette fameuse maison. La seule impression que j’aie eu de la maison de nuit était qu’elle était très grande, et extrêmement calme. C’était, dans mon esprit, le seul critère à vérifier. Je continuais mon voyage, sachant que très bientôt cette maison serait la mienne.

      Mon impatience était visible, comme le fit remarquer l’agent immobilier, Beverley, au téléphone. Si visible, en fait, que les vendeurs offrirent même de payer le déménagement. Quand? Dans une semaine. Pas même assez de temps pour redonner un bon coup à la maison. Elle m’offrit même de s’occuper des formalités et du téléphone, ce qui rendait l’offre presque irrésistible. Mais j’avais encore quelques doutes.

      Franchement, l’agent immobilier en faisait un peu trop. Je lui demandais pourquoi le propriétaire voulait vendre sa maison. Après une longue pause, pendant laquelle sa respiration était devenue à peine audible, elle me répondit, comme pour trouver une bonne raison: “Euh, il avait des obligations familiales”. Puis elle me cita une liste de factures de réparations, certainement afin de dissiper le moindre doute qui aurait pu subsister en moi sur la qualité de la maison. Je lui demandais ensuite qui était le propriétaire. Elle me répondit qu’il habitait en dehors de l’état, qu’il désirait conserver l’anonymat, et qu’il avait fixé un prix assez bas pour ne pas avoir à traîner dans de longues transactions immobilières. Elle me suggéra ensuite de la laisser s’occuper de toutes les formalités, pour pouvoir signer rapidement la vente. J’étais naturellement curieux, mais la maison était située dans un endroit superbe, et j’avais un pressentiment à son sujet. C’était celle qu’il me fallait.

      J’expédiais rapidement les affaires en cours et mis mes partenaires au courant de mes projets. Ils finirent par accepter de mauvaise grâce une année sabbatique. L’augmentation exorbitante de leurs salaires contribua à éliminer toute objection de leur part. Les quelques biens que j’avais prévu d’emporter et quelques-uns de mes meubles favoris seraient chargés dans un camion de déménagement, et livrés le jour même ou j’avais prévu d’arriver. J’étais prêt pour Woodland Hills.

      Après avoir atterri sur le petit aéroport, j’appelais un taxi pour me conduire jusqu’à ma nouvelle demeure. Le paysage rural, vu de la position imprenable de mon siège arrière, était calme et rafraîchissant.

      Le chauffeur du taxi et son véhicule, malgré tout, étaient des vestiges d’une époque révolue. Les portes du taxi portaient la mention “Andy’s Taxi Service”.

      Il devait avoir connu son heure de gloire dans les années 50, avec ses pare-chocs autrefois chromés tordus et écaillés, et ses garnitures en mohair effilochées, imprégnées d’une odeur antique et tenace. Si le taxi était vieux, le chauffeur, lui, était un ancêtre. Mince, voûté, avec sa calvitie naissante et ses pantalons crasseux en coton gaufré trop grands pour lui, et maintenus par des bretelles épinglées sur son tee-shirt.

      Il eut l’air nettement apeuré quand je lui demandais de me conduire dans ma nouvelle demeure, la vieille maison victorienne de Ventura Drive. Je lui demandais ce qui n’allait pas. Il me répondit faiblement, en essayant de maîtriser son émotion: “Oh, c’est juste un peu de migraine”. J’espérais que les autres habitants de la ville étaient plus doués pour l’hospitalité que ne l’était Andy.

      J’avais tort. Alors que nous roulions dans les allées étroites du “centre ville” de Woodland Hills, je fus accueilli par des regards fuyants et des mines soupçonneuses à chaque coin de rue. Étrange ville… Je me dis que j’avais de la chance d’habiter dans un coin isolé, car j’étais plutôt désappointé par la mentalité de petite bourgade qui semblait régner sur le cœur de Woodland Hills. Je demandais à Andy d’accélérer, J’avais hâte d’arriver dans ma nouvelle maison.

      A mon grand regret, je pus constater que ma nouvelle demeure n’était pas aussi loin que je le pensais du centre ville. Elle était, malgré tout, pratiquement entourée d’arbres, ce qui permettait de préserver une certaine intimité.Je n’eus plus le moindre doute sur l’extérieur lorsque je vis la maison en plein jour, et pour la première fois. Elle avait l’air solitaire, et incongrue dans cet environnement. Elle était presque étrangère. Il y avait comme une espèce de vide apparent autour d’elle, une enveloppe de silence, qui l’encadrait, comme un tableau. Pour être isolé, j’étais isolé…

      Visuellement, la maison était une énigme, D’étranges mélanges d’éléments d’architecture et quelques traces de peinture écaillée la rendaient misérable au premier coup d’œil. On aurait dit qu’elle n’avait pas été habitée pendant des années, mais quelqu’un l’avait apparemment entretenu pour éviter sa détérioration. Mais, alors que j’en appréciais la véritable dimension, et bien qu’un peu bricolée, cette maison me parut absolument magnifique avec son aspect antique.

      Mon plaisir fut interrompu lorsque je me rendis compte que le camion de déménagement, que je m’attendais à trouver à mon arrivée, n’était nulle part. Aucune trace des déménageurs. Soit ils s’étaient perdus, soit ils étaient vraiment pressés d’en finir.

      De plus, je m’attendais également à ce que l’agent immobilier vienne me voir pour me faire visiter les lieux. J’avais déjà acheté la maison, et après une série de transactions très rapides et d’une facilité déconcertante. Je voulais l’en remercier. Elle avait certainement du être retardée quelque part.

      Oh, après tout, pensais-je, pourquoi ne pas aller explorer les lieux moi-même. Je payais le chauffeur de taxi et descendit le long de l’allée, pour ensuite monter les marches de l’entrée.

      Je poussais facilement la double porte de chêne massif, qui s’ouvrit sur un grand vestibule. L’une des portes du vestibule donnait sur un salon richement décoré. Au milieu de nombreuses antiquités et des meubles étonnants traînait un portrait irréel. C’était une jeune femme à la beauté obsédante, beauté que les mots ne pourraient de toute manière décrire. Des tons sombres et un fond obscur mettaient en évidence son pâle visage aux yeux perçants. Je me demandais qui elle pouvait bien être.

      La lumière du soleil couchant filtrait à travers les rideaux des fenêtres, projetant des zones de lumière ou il faisait scintiller des milliers de particules de poussière. Je m’émerveillais sur l’aspect immaculé, mais accueillant de la pièce, lorsque la sensation s’empara de moi.

      Ce n’était en fait pas une sensation, plutôt un son. Une plainte aiguë, presque imperceptible, comme si, au loin, quelqu’un soufflait dans un sifflet cassé. Elle était si imperceptible que je la décrirais plus facilement comme une vibration, un bourdonnement qui semblait sortir de l’intérieur de mon crâne. Mes yeux étaient vitreux et ma bouche pendait, grande ouverte.

      J’étais fatigué. Pas seulement fatigué, mais soudainement épuisé, Mes paupières semblaient peser des tonnes, et j’avais l’impression que ma langue était en coton. Je me dis qu’il devait bien y avoir une chambre quelque part. Alors que je tâtonnais pour monter l’escalier, je me demandais si je ne devrais pas attendre l’agent immobilier. Comment s’appelle-t-elle, déjà?

      Juste un petit somme, c’est tout.

      Voyons, quel était son nom?

      Elle n’avait pas de nom – Je ne lui ai jamais demandé.

      Non, je lui ai demandé, je ne m’en souviens pas. C’est drôle. Je dois me souvenir de lui demander son nom quand elle arrivera. Mais d’abord, dormir. Je dois trouver un lit. Ou sont mes affaires? Ou donc les déménageurs ont bien pu les mettre?

      Nulle part. Les déménageurs ne sont jamais venus.

      Je dois aussi penser à le dire à l’agent immobilier.

      Après avoir essayé plusieurs portes, je finis par trouver l’une des chambres, J’avais hâte de soulager mes jambes de l’effort démesuré qu’elles fournissaient pour me soutenir. Je m’écroulais sur le lit, les mains à plat. L’édredon était frais et élastique sous ma joue, mais ne suffisait pas à faire oublier la masse sous-jacente du lit.

      Mais pour l’instant, j’avais besoin de sommeil. Je dois penser à me réveiller bientôt pour l’agent, mais d’abord, une petite sieste.

      La plainte se transforma soudain en rugissement. On aurait dit qu’une chute d’eau se déversait dans ma tête, accompagnée d’un énorme fracas métallique.

      Dormir. Une voix dans ma tête, qui n’était pas la mienne, m’invitait au sommeil. Dormir. Dormir. Dormir…

      Commandes

      Dark Seed se joue de préférence avec une souris. Les commandes correspondantes sur clavier sont la barre d’espacement (bouton gauche de la souris) et la touche d’entrée (bouton droit de la souris). Les touches fléchées du curseur commandent la direction des mouvements. Le pavé numérique peut également servir à la direction des mouvements, et ajoute les mouvements en diagonale. (Il est possible d’utiliser le “0” aussi bien que les touches d’entrée comme dispositifs de sélection).

      Sur l’écran, vous verrez un curseur en forme de flèche que vous commandez. Lorsque votre curseur est sur une porte de communication menant à une autre pièce ou un autre endroit, ce curseur à flèche unique se transforme en quatre flèches dirigées vers le centre. Pour déplacer Mike Dawson, mettez le curseur fléché ou vous voulez le faire aller et appuyez sur le bouton de gauche de la souris. Mike se mettra en marche vers cette nouvelle position. S’il y a un obstacle inévitable sur son chemin, il s’arrêtera le plus près possible. Si vous appuyez sur le bouton gauche de la souris lorsque les flèches multiples apparaissent, Mike ira vers la sortie disponible. Le jeu s’arrêtera pendant le chargement du nouvel emplacement depuis le disque, et un curseur en forme de sablier sera affiché en haut de l’écran.

      Faire un clic sur le bouton de droite de la souris fait changer la forme du curseur: il devient un point d’interrogation (regard /recherche), main puis une toucher manipulation), puis la flèche (mouvement). Lorsque le point d’interrogation ou la main sont placés sur des objets qui ont davantage d’informations disponibles ou que Mike peut prendre et utiliser, le curseur change de forme. Le “?” devient un “I” et la main ouverte devient un doigt tendu. Pour examiner ou manipuler un objet, sélectionner l’icône “?” ou “main” avec le bouton droit de la souris, le placer sur l’objet voulu et appuyer sur le bouton gauche de la souris pour le sélectionner. Si vous utilisez l’icône “main” pour prendre un objet, celui-ci s’ajoute à votre inventaire.

      Quelle que soit votre unité d’entrée/sortie (clavier ou souris) la touche “T” peut servir, pendant la partie, à faire avancer l’horloge jusqu’au début de l’heure suivante. Cela est utile si vous vous trouvez coincé dans une situation avec beaucoup de temps à perdre. La touche “P” peut servir à mettre le jeu en mode de pause. Vous pouvez aussi passer l’introduction du début du jeu en appuyant sur le bouton de gauche de la souris.

      Conseil: Regardez bien partout dans toutes les pièces.

      Votre inventaire

      Pour voir l’état actuel de votre inventaire, mettez le curseur en haut de l’écran. Une rangée d’icônes apparaît en haut de la fenêtre du jeu, Le premier icône, une disquette, sert à charger et sauvegarder et à installer les options du jeu (voir OPTIONS DE JEU). Le deuxième icône est l’icône d’argent, utile (et nécessaire) si vous voulez que Mike Dawson fasse des achats. D’autres icônes représentant des éléments d’inventaire apparaîtront à mesure que vous les accumulerez. Pour examiner un élément de votre inventaire, placez le curseur “?” sur cet élément et appuyez sur le bouton gauche de la souris. Pour utiliser un élément de l’inventaire, sélectionnez-le à l’aide du curseur flèche ou main et du bouton gauche.

      Vous pouvez alors placer le curseur main sur n’importe quel objet ou n’importe quelle position de l’écran, et appuyer sur le bouton gauche de la souris pour utiliser cet élément. Pour dé-sélectionner un élément de l’inventaire après l’avoir sélectionné, il suffit de recliquer sur lui. Cet élément restera dans votre inventaire. Si vous avez plus d’éléments dans votre inventaire qu’il ne peut en figurer en haut de l’écran d’affichage, des icônes de flèche de défilement apparaîtront de chaque côté de la rangée des icônes d’inventaire. Sélectionner ces icônes vous permettra de visualiser et de sélectionner les icônes dans l’inventaire tout entier.

      Options de jeu

      Vous pouvez accéder à l’écran des options de jeu en sélectionnant l’icône disquette situé en haut de l’écran. Sélectionnez-le à l’aide du bouton gauche de la souris. L’écran des options de jeu sert à sauvegarder votre position actuelle dans le jeu, à charger une partie sauvegardée au préalable, à mettre ou couper le son, à sortir du jeu ou à y retourner.

      Pendant que vous êtes sur cet écran, le compteur de temps de la partie s’arrête, Sélectionnez le bouton d’action voulu à gauche de l’écran en positionnant le curseur sur cet élément et en appuyant sur le bouton gauche de la souris. Lorsque vous voulez sauvegarder une partie, cliquez sur une zone et on vous demandera d’introduire un nom de fichier, de 7 lettres maximum, Si vous voulez, vous pouvez réutiliser une zone existante, Lorsque vous chargez une partie sauvegardée au préalable, la liste des noms de fichiers apparaît à droite de l’écran.

      S’il n’y a pas assez de place pour afficher tous les noms de fichier, sélectionnez la case MORE pour afficher les autres noms. Choisissez le nom du jeu que vous voulez charger dans la liste affichée, et appuyez sur le bouton de gauche de la souris pour le sélectionner. Il y a un nom de fichier spécial: “RESTART”, qui recommence le jeu depuis le début. Sélectionnez “RESUME”, à gauche, si vous changez d’avis et que vous ne voulez pas charger une partie sauvegardée. Vous pouvez également retourner à la partie sans charger ni sauvegarder de jeu en appuyant sur “RESUME” à n’importe quel moment.

      Conseils et trucs

      Dark Seed est un monde complexe, qui présente de nombreuses énigmes déroutantes. Certaines de ces énigmes sont en fonction du temps. Il est donc sage de sauvegarder par degrés, et de sauvegarder souvent, Cela vous aidera dans vos explorations et vos expériences.

      – Sauvegardez régulièrement. Ce n’est pas un de ces jeux d’aventure pour poules mouillées ou rien ne peut vous arriver! Si vous faites une erreur et que vous n’avez pas sauvegardé, vous devrez recommencer depuis le début. Nous vous conseillons de sauvegarder tous les soirs, juste au cas ou vous pourriez vous apercevoir plus tard que vous deviez faire quelque chose plus tôt, mais que vous avez oublié de le faire!

      – Mettez le jeu en pause si vous quittez votre ordinateur. Sélectionnez l’icône “Disquette” pour accéder à l’écran des options de chargement et de sauvegarde, ou le temps n’est plus pris en compte. Si vous oubliez de le faire, le temps s’écoulera normalement, et Dawson n’en a pas beaucoup à perdre!

      – Regardez attentivement tout. Vous n’apprendrez parfois rien sur un objet au premier examen, et vous devrez peut-être l’examiner une seconde fois, N’oubliez pas non plus d’examiner les objets que vous récupérez et qui sont dans votre inventaire. De plus, certains objets n’apparaîtront que si vous avez découvert les indices qui prouvent leur existence. N’oubliez pas que ce n’est pas ce que vous savez qui compte, c’est ce que sait Dawson qui est important.

      – Dawson aura les idées beaucoup plus claires s’il n’a pas une grosse migraine.

      – Notez bien le changement de forme du curseur de la souris lorsque vous le déplacez sur certains objets et sur les décors, ils vous donneront des indices précieux sur votre environnement.

      – Si une action est efficace une fois, n’hésitez pas à la répéter. Les résultats peuvent être différents!

      – Si un personnage semble trop occupé pour vous parler, essayez de lui taper sur l’épaule pour attirer son attention.

      – Faites appel à votre logique. Nous avons essayé de créer des énigmes logiques, même si parfois cette logique peut vous paraître obscure!

      – Si vous êtes bloqué, essayez d’utiliser tous les objets de votre inventaire sur tout ce qui est à votre portée. Vous aurez peut-être de la chance!

       

      Configuration requise:
      1 Mo de Ram

       

      Vidéo CD32 UK:

      Video PC FR:

      Video PC VOST:

       

      Téléchargement: ADF / ADF (V1.0 7 D7) / ISO-CD32 (v1.1 UK) / WHDL (v1.0 FR) / WHDL (v1.1 UK)

      Téléchargement: HDD (FR DOS LTF)

       

      Source:
      http://hol.abime.net/273 (OCS)
      http://hol.abime.net/274 (CD32)
      http://www.whdload.de/games/DarkSeed.html
      https://fr.wikipedia.org/
      https://www.mobygames.com/
      https://www.grospixels.com/site/darkseed.php

    • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.