Caribbean Disaster (1996 Ikarion) traduction FR

Forum News Room Actualités Caribbean Disaster (1996 Ikarion) traduction FR

  • Ce sujet contient 9 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par DocteurGeek, le il y a 3 mois et 1 semaine.
  • Créateur
    Sujet
  • #126639
    Staff
    Aladin
    • Level 25
    • Messages : 12159

    Caribbean Disaster (1996 Silver Style / Ikarion Software)

    Code : Timm S. Müller
    GFX: Thomas Andrae
    Musique : Chris Huelsbeck

    Jeu de gestion créé par Ikarion Software en 1995 sur PC DOS (386 VGA) et porté sur Amiga par Silver Style en 1996.

    Le jeu est uniquement disponible en allemand. Voici une traduction française.

    Quelque part dans l’océan se trouve une petite île habitée par un président et trois ministres (de l’armée de l’air, de la marine et de l’armée). L’île compte également dix autres citoyens résidents. Chaque matin, le président reçoit des fonds des ambassades américaine et russe, qui peuvent être remis aux ministres ou dépensés pour améliorer la résidence du président dans l’Arctique.

    Lorsque deux des trois ministres votent contre le président, il y a un vote de défiance et des élections. Maintenant, le joueur doit convaincre la population de ses capacités de leadership, en utilisant les compétences uniques de contacts spéciaux: le chef de la police secrète, par exemple, arrête des ennemis politiques (les ministres), le disc-jockey diffuse de fausses informations et le prêtre vend des armes.

    Trois types d’armes entrent également en jeu dans ces négociations: les chars, les zeppelins et les sous-marins, l’un pour chacun des ministères de la défense. Après chaque tour, le joueur peut attaquer ses ennemis politiques de manière très militaire.

    Caribbean Disaster (1996 Silver Style / Ikarion)

    Bienvenue à tous !

    Nous sommes en 1995, la guerre froide est terminée, la Seconde Guerre mondiale est terminée depuis longtemps, le communisme est vaincu, le capitalisme est dompté.

    En fait, nous pourrions déjà dire au revoir – s’il n’y avait pas, au fin fond des Caraïbes les plus ensoleillées, un minuscule petit Etat insulaire dont les habitants sont si préoccupés par eux-mêmes que chaque souffle de l’histoire, et même toute l’histoire, passe à côté d’eux sans laisser de traces. En effet, pourquoi les habitants devraient-ils se soucier de ce qui se passe dans le monde ? ils ont tout ce dont ils ont besoin ! Un cardinal, un policier, un fabricant, même une station de radio, une foule de militaires, des rebelles – et du soleil, du soleil, du soleil.

    Or, notre petit paradis est si insignifiant que le reste du monde l’a oublié depuis 30 ans : A l’époque, au plus fort de la guerre froide, les deux ambassadeurs américain et russe, Ham Burger et Ivan Bolchevik, sont venus sur l’île pour protéger l’Etat de l’emprise de l’autre superpuissance en lui apportant un soutien financier.

    Mais les temps ont changé, et les deux étranges diplomates auraient certainement été retirés depuis longtemps si l’île n’était pas si insignifiante que l’existence des deux ambassades dans les ministères de l’extérieur à Washington et Moscou aurait été oubliée depuis longtemps. Et comme les deux ambassadeurs sont confortablement installés sur l’île, ils préfèrent ne rien faire pour mettre fin à cette existence souterraine – car les allocations mensuelles en dollars sont transférées sans problème par les ordinateurs des centrales principales.

    C’est ainsi que les 14 habitants de mad island vivent plus ou moins de l’argent que les ambassadeurs envoient au président – et chacun, mais alors chacun, essaie de mettre le plus possible dans sa poche pour pouvoir ensuite fuir le climat tropical et faire quelque chose de complètement différent… par exemple civiliser l’Antarctique.

    Et c’est de cela qu’il s’agit dans ce jeu.

    Le choix du personnage

    Choisissez votre personnage. La couleur de fond de l’image de votre personnage est également votre couleur de jeu pendant le jeu. Cela signifie que tous vos véhicules, systèmes d’armes, etc. seront toujours représentés dans cette couleur. Il en va de même pour vos adversaires.

    La fenêtre suivante vous indique quel poste vous avez reçu au début du jeu. Les postes sont distribués au hasard au début (la présidence ou un ministère : Armée, Marine, Armée de l’air). Il existe quatre postes importants sur l’île, que les quatre joueurs se répartissent entre eux.

    Vous pouvez également donner un nom à votre personnage.

    Le niveau de difficulté

    Une fois que vous avez choisi un nom pour votre personnage, vous devez choisir le niveau de difficulté auquel vous voulez affronter Caribbean disaster. Nous vous recommandons de choisir d’abord le niveau le plus facile – vous n’imaginez pas à quel point certaines personnes peuvent devenir méchantes sous un soleil tropical constant ! Mais si vous êtes un pro de l’intrigue, de la corruption et de l’escroquerie, le niveau le plus difficile vous conviendra parfaitement – ou un poste important dans le gouvernement de votre choix !

    Le président affecte les subventions à chaque ministère et un vote de défiance des trois ministres s’en suit. Si la Motion est accepté alors il y a lancement d’une campagne électorale pour désigner un nouveau président.

    La bombe

    Dans de nombreux cas, la bombe limite le temps dont vous disposez pour prendre une décision. La longueur de la lunette vous indique le temps qu’il vous reste. Si vous ne terminez pas votre saisie avant que la lunette ne se consume, la valeur définie à l’écran au moment de l’explosion de la bombe sera considérée comme votre saisie. Sinon, l’explosion de la bombe n’a pas de conséquences négatives pour vous – n’ayez juste pas peur quand elle explose !

    Le jeu commence

    Après avoir reçu votre poste, la première journée commence. Comme chaque matin, vous devez d’abord faire votre exercice « démocratique » : la visite du Parlement.

    Selon que vous êtes ministre ou président, vous y prendrez une série de décisions importantes. Ensuite, vous retournerez automatiquement dans votre bureau et vous serez livré à vous-même dans la chaleur tropicale d’une île oubliée de Dieu et du monde. Vous vous rendez au bar pour noyer votre peur de l’avenir dans l’alcool ? Vous vous asseyez simplement et laissez le destin décider de ce qui va se passer (nous pouvons déjà prédire que vous perdrez la partie avec tambours et trompettes) ? Ou se lancent-ils dans des intrigues politiques passionnantes pour tout faire pour se construire une nouvelle existence ? Mais si oui, comment ? Poursuivez votre lecture avec prudence !

    Principaux habitants de Mad Island:

    – Lola Libre: Femme puissante sur l’île. Femme d’affaires et patronne du bar.
    – Muñoz: Un gars sympa, gagne sa tequila en tant qu’ouvrier à l’usine.
    – Adolfo Meiermann: A le monopole du popcorn sur Mad Island. Il a un passé nazi.
    – Dependos Canone: Chef rebelle et frère de Fritz Canone.
    – Fritz Canone: Chef de la police secrète.
    – Flei Wing: Pilote kamikaze japonais qui mange chez Canone depuis son crash sur l’île.
    – Radio Ron: Le gars le plus cool de l’île. Mais tellement  corruptible.
    – Cardinal Woytila: Marchand d’armes pour financer sa réplique de la basilique Saint-Pierre.
    – Ham Burger: Ambassadeur américain avec un vif intérêt pour son propre bien-être.
    – Iwan Bolschewiki: Ambassadeur soviétique et meilleur ami de la vodka.

    La structure de l’écran

    Dans la partie supérieure de l’écran, vous voyez dans la vue de base une image globale de l’île. Vous pouvez maintenant passer la souris sur l’île.

    Si vous passez sur un bâtiment avec le curseur de la souris, le nom de l’endroit vous est indiqué. Vous obtenez également des indications sur l’état énergétique du lieu.

    Si vous passez avec le curseur de la souris sur un système d’armes, vous obtenez une série d’informations sur l’état du système d’armes.

    Cliquez avec le bouton gauche de la souris pour activer un système d’armes ou pour accéder à un lieu. Cliquez avec le bouton droit de la souris pour voir de plus près l’endroit en question sur l’île.

    Si vous cliquez avec le bouton droit de la souris sur n’importe quel endroit de la carte de l’île, celle-ci s’agrandit en continu et vous pouvez voir tous les détails de la section correspondante en toute tranquillité. Dans ce mode, vous remarquerez une rose des vents dans le coin supérieur gauche de l’écran : cliquez sur celle-ci dans la direction souhaitée avec le bouton droit de la souris et maintenez le bouton enfoncé pour déplacer la partie actuelle de l’écran dans la direction choisie. Cette fonction est particulièrement utile lorsque vous vous trouvez avec plusieurs unités dans une bataille et que vous souhaitez conserver une vue d’ensemble détaillée.

    Dans la partie centrale de l’écran (sous la carte de l’île) se trouve la barre de contrôle. Elle contient des informations et des options importantes.

    Comme nous ne voulions pas que la barre de contrôle soit inutilement compliquée, vous ne pouvez accéder à toutes les icônes décrites ci-dessus qu’en faisant défiler les icônes à l’aide des flèches situées sous la barre. Un clic avec le bouton gauche de la souris sur la flèche de gauche vous amène aux icônes « Pause », « Nouveau jeu », « Fin du jeu » et « Enregistrer / Charger », puis un clic sur la flèche de droite vous ramène aux icônes « Horloge », « Pile d’argent », « Antarctique » et « Options de jeu ». De droite à gauche, les symboles de la barre ont la signification suivante :

    – L’horloge (A) : Eh bien, c’est une horloge. Elle indique l’heure actuelle. Notez qu’une journée de jeu dure exactement 12 heures. Vous commencez votre journée à 9 heures du matin et la terminez à 9 heures du soir. Faites bien attention à ce que toutes les opérations que vous souhaitez réaliser dans la journée soient effectuées avant 21 heures. Après cela, il fait trop sombre sur l’île pour pouvoir travailler.

    – La pile d’argent (B) : Passez la souris sur la pile d’argent pour voir à tout moment l’argent dont vous disposez. Ne soyez pas déprimé au début s’il s’agit plutôt d’une petite pile : il est en votre pouvoir d’en faire une véritable montagne.

    – Antarctique (C) : Cliquez sur cette icône pour voir à tout moment ce que vous possédez en Antarctique. Ne vous découragez pas si, au début, vous ne voyez qu’un désert de glace. En tant que président, vous pouvez transformer ce désert en un paysage florissant, à condition d’amasser beaucoup d’argent.

    – La pile de papier (D) Normalement, on n’aime pas voir ce genre de chose sur son bureau, mais sur Mad Island, elle cache quelque chose de très agréable, à savoir un menu d’options. Cliquez sur la pile avec le bouton gauche de la souris. Les options suivantes s’affichent alors sur un nouvel écran.

    – Jeu lent, jeu normal ou rapide : En cliquant sur l’une de ces icônes, vous modifiez la vitesse de déroulement de vos journées de jeu. Apprenez lentement à vous familiariser avec Mad Island, faites vos petites affaires à un rythme normal lorsque vous avez une vue d’ensemble de l’île, et passez en mode « jeu rapide » lorsque vous êtes devenu un pro.

    – Volume musique/FX (bruitages) : vous voulez vous concentrer sur le jeu et la musique de fond enivrante perturbe vos sens sensibles ? Vous en avez assez du tonnerre énervant des canons à pop-corn ? Ou bien le son du jeu n’est pas encore assez fort pour vous ? Dans ce cas, vous pouvez effectuer votre propre mixage sonore à l’aide des deux régulateurs de volume pour la musique et les effets. Il suffit de cliquer avec le bouton gauche de la souris sur l’un des deux régulateurs et de modifier le réglage tout en maintenant le bouton de la souris enfoncé.

    – Le dormeur (E) Cliquez sur le ronfleur pour pouvoir faire une petite pause dans le jeu. Le déroulement de la journée est gelé, vous pouvez faire une pause en cliquant sur la souris.

    – New (F) : Votre situation sur l’île est devenue désespérée, vous vous sentez comme le jouet des forces qui vous entourent – recommencez simplement en cliquant sur ce symbole. Une question de sécurité vous évite toutefois d’agir trop vite.

    – Stop (G) : Un jour ou l’autre, vous devrez vous coucher. Il vous suffit alors de cliquer sur ce symbole pour quitter le jeu.

    – La disquette (H) : vous aurez beaucoup de mal à atteindre l’objectif du jeu en une seule session de jeu. Si vous souhaitez sauvegarder un score, cliquez sur le « S » sous la disquette. Vous pouvez ensuite choisir un numéro 1 à 8, symbolisé par les boules numérotées à droite de la disquette. Une question de sécurité vous empêche ici d’écraser les anciens niveaux de jeu dans un numéro de score. Le chargement d’un score sauvegardé est tout aussi simple : cliquez sur le « L » sous la disquette, puis sur le numéro de score que vous souhaitez charger. Vous pouvez alors reprendre le jeu sans délai à l’endroit où vous l’aviez sauvegardé auparavant.

    – Portrait du personnage : Si vous ne savez plus qui est votre adversaire sur l’île, il vous suffit de cliquer sur votre propre portrait pour qu’un aperçu s’affiche à l’écran.

    En bas de l’écran se trouve l’affichage de la radio, où vous serez divertis et informés par le DJ radio de l’île, Radio Ron. Et vous pourrez – ou devrez – écouter ou regarder quelques rumeurs malveillantes sur les différents habitants de l’île (vous ne faites bien sûr pas exception).

    La carte stratégique

    Il y a une deuxième carte île dans ce jeu, la carte stratégique. Vous pouvez y accéder en appuyant sur la touche Espace (ne s’applique pas dans les bâtiments). Sur cette vue stylisée de l’île, vous pouvez reconnaître tous les bâtiments et les unités d’armes de l’île sous forme d’icônes.

    Avec le bouton gauche de la souris, vous pouvez effectuer toutes les actions comme sur la carte « normale » de l’île (afficher les emplacements, diriger les unités d’armes, se rendre sur les emplacements), mais si vous êtes un penseur froid et analytique, vous ne serez pas distrait par les graphismes colorés et animés de la carte de l’île, car sur la carte stratégique, vous ne verrez pas les véhicules de vos concurrents, ni les montagnes de pop-corn qui s’accumulent sur les bâtiments de l’île en cas d’attaque.

    Si vous êtes un penseur froid et analytique, la carte stratégique peut néanmoins vous aider à planifier et à exécuter vos petits méfaits.

    Sur la carte stratégique, tous les systèmes d’armes de l’île sont visibles en permanence. Il n’y a pas de limite de distance comme sur la carte de l’île.

    L’île

    Mad Island se compose d’une ville située à l’est de l’île, dans laquelle se trouvent les bâtiments suivants : Le palais présidentiel (A), le parlement (B), la police secrète (C), l’ambassade russe (D), l’ambassade américaine (E), la place du village (F) et la cathédrale (G).

    Au centre de l’île se trouvent la caserne de l’armée de terre (H), la base navale (I), la base aérienne (J) et le camp des rebelles (K).

    Sur le côté ouest de l’île se trouvent l’usine de pop-corn (L), la station de radio (M) et la boîte de nuit (N).

    Les habitants de Mad Island

    Au fil du temps, toute une série d’individus plutôt loufoques ont échoué sur l’île. Outre les quatre joueurs qui forment « l’armée » de l’État nain, il y a dix autres personnages qui ont le droit de vote, tout comme les joueurs. Au total, il y a donc 14 électeurs sur Mad Island.

    Vous ne pouvez pas toujours rendre visite aux habitants de Mad Island. Si un habitant vous déteste particulièrement, par exemple parce que vous vous êtes opposé à lui lors de votre campagne électorale, il se peut qu’il ou elle ne vous reçoive pas, voire qu’il ou elle vous mette dehors. Dans ce cas, vous devez soit renoncer à traiter avec cette personne, soit organiser une lutte pour gagner sa sympathie au moyen de la politique de l’île.

    Si un autre joueur arrive avant vous chez un habitant de l’île pour lui rendre visite, vous devez patienter jusqu’à ce que cette rencontre soit terminée, car le premier arrivé est le premier servi. Bien sûr, dans certaines situations, il peut vous venir à l’idée de bloquer un insulaire donné en lui rendant une longue visite, pour ainsi dire, pour les autres joueurs, allez-y ! Qui a jamais dit que la vie devait être juste ?

    Les rebelles Dependos Canone et Flei Wing

    Les deux rebelles vivent dans un camp de rebelles isolé. Le chef des rebelles est Dependos Canone, le frère de Fritz Canone, le chef de la police secrète. Il est secondé par Flei Wing, un pilote kamikaze japonais de la Seconde Guerre mondiale qui a atterri en catastrophe sur l’île en 1944 et qui pense que la guerre n’est toujours pas finie.

    En tant que ministre, vous avez ici la possibilité de soutenir les rebelles dans leur lutte contre le système : soit par des dons d’argent, soit par des dons d’armes. Si vous voulez donner de l’argent, il vous suffit de cliquer dans le lieu et ensuite sur l’icône correspondante. Il ne vous reste plus qu’à choisir la somme que vous souhaitez donner. Pour faire don d’un ou plusieurs systèmes d’armes, c’est tout aussi simple : cliquez sur l’icône correspondante. Un aperçu de tous les systèmes en votre possession s’affiche alors. Vous pouvez alors cliquer sur les systèmes que vous souhaitez donner et les transmettre aux rebelles.

    Si les rebelles pensent que vous ne leur donnez pas assez souvent de l’argent ou des biens, ils les attaquent.

    En faisant des dons de toutes sortes, vous aidez les rebelles à lutter contre le système politique de l’île. Cependant, si vous occupez actuellement le poste de président, ils sont le système. Réfléchissez donc bien à l’objectif de votre visite là-bas…

    Si les rebelles s’emparent du palais présidentiel au cours d’une rébellion (ils sont comme ça, nos rebelles !), la partie est terminée. Selon l’assiduité avec laquelle vous avez bricolé vos possibilités d’évasion et votre domicile jusqu’à ce moment-là, ou selon la position que vous avez prise sur l’île, vous avez alors gagné ou perdu la partie.

    Les ambassadeurs Ham Burger et Iwan Bolschewiki

    Les deux ambassadeurs n’ont certes rien à faire, mais ils sont bien installés.
    Ils se sont bien installés sur l’île et veillent à ce que les gens aient accès à l’eau potable. Ils veillent à ce que tous les habitants de l’île aient une vie normale. De plus,
    font tous deux le commerce des produits technologiques de pointe de leurs pays.

    Les joueurs reçoivent ici des accessoires importants pour développer leurs voies d’évasion de l’île.

    Cependant, il faut s’entendre très bien avec l’ambassadeur pour pouvoir lui acheter un composant pour leur permettre de s’échapper. Pour devenir ami avec l’ambassadeur, il est utile de s’engager de temps en temps pour les objectifs de l’ambassadeur lors d’un discours ou d’une campagne électorale, en d’autres termes, de s’atteler à la tâche de l’ambassadeur. Mais attention : l’autre ambassadeur ne verra pas d’un bon œil que vous vous entendiez trop bien avec son ennemi… à moins que vous ne réussissiez à jouer au plus malin avec eux ?

    Le président reçoit des fonds des ambassadeurs s’il s’entend bien avec eux. Le président a besoin de ces fonds, car s’il ne fournit pas suffisamment d’argent à ses ministres, ses jours au pouvoir sont RAPIDEMENT COMPTÉS.

    Le fabricant de pop-corn Meiermann (Usine d’armement)

    Meiermann est l’exploitant de la fabrique de pop-corn. Il est arrivé d’Allemagne sur l’île à la fin des années quarante. Il n’aime pas parler de son passé, et en fait, tout le monde le coupe, sauf Fritz Canone, le chef de la police secrète.

    Monsieur Meiermann occupe donc une position clé sur l’île, car il est le seul fournisseur de la substance qui sert à décider des batailles sur Mad Island : Le pop-corn.

    En principe, Meiermann fournit tout le monde, car : Les affaires sont les affaires. Mais attention : ne vous mettez pas complètement en porte-à-faux avec lui, sinon le réapprovisionnement en pop-corn s’arrêtera très vite, et il vous fera un meilleur ou un moins bon prix, selon qu’il vous apprécie ou non.

    Le président a également la possibilité de corrompre Meiermann pour qu’il propose un meilleur ou un moins bon prix à certains joueurs pour l’achat de pop-corn. Un « pouce levé » sous le portrait d’un joueur signifie un « bon prix », un « pouce baissé » un « mauvais prix ».

    Un mot rapide pour ceux qui critiquent : « Du pop-corn ? Quoi, ils tirent avec du pop-corn ? Vous avez déjà été ensevelis sous trois tonnes de pop-corn, les garçons et les filles ? Eh bien, voilà !

    Le cardinal Woytila (Eglise: vente d’armes)

    Après une candidature ratée au poste de pape dans les années 70, le cardinal Woytila s’est retiré sur l’île avec amertume et a pu construire sur l’île une réplique grandeur nature de la basilique Saint-Pierre grâce au commerce lucratif des armes.

    Pour payer définitivement sa cathédrale, Woytila a intérêt à écouler le plus d’armes possible, mais il ne vend pas à n’importe qui, faites bien attention à lui.

    Même en tant que président, vous pouvez vous demander si vous n’avez pas besoin de la bénédiction de l’église dans certaines situations. Le cardinal se réjouit de chaque don de VOUS.

    Le policier secret Fritz Canone (Police secrète)

    Fritz Canone, le frère du chef des rebelles, est l’un des personnages les plus sombres de Mad Island. Personne ne sait vraiment pour qui il travaille et pourquoi il est là. Mais personne ne lui a encore posé la question, car on ne sait jamais…

    Canone dispose de toute une batterie de possibilités pour espionner et tyranniser vos concitoyens. S’il vous aime bien – ce qui n’est pas négligeable – il peut faire des choses pour vous. Et vous pouvez faire quelque chose pour lui, comme par exemple gagner ses faveurs par un petit don d’argent. Peut-être sera-t-il tenté de mettre les prestations suivantes à votre service :

    A) Dossier A : Ce dossier contient des informations sur l’état des comptes et les biens de vos adversaires.

    B) Dossier B : il vous informe de ce que les habitants de l’île pensent de vous. Ces informations peuvent s’avérer très importantes à l’approche d’une élection.

    Mais ne croyez pas que les services du dossier vous sont ouverts par pure philanthropie ! Dès que vous ouvrez un dossier, vous devez y mettre du plomb, même si Fritz Canone ne vous le signale pas !

    C) Incarcérer : Il y a un habitant de l’île qui vous a en permanence comme la peste et qui élit toujours votre plus farouche concurrent à la présidence ? Faites-le tout simplement emprisonner par la police secrète le jour des prochaines élections ! Attention : si vous parvenez à convaincre Canone de l’emprisonner (ce qui vous coûtera pas mal d’argent), la détention convenue ne sera valable que pour la durée du prochain jour d’élection !

    D) Piège : Pas gentil, pas gentil : faites poser une bombe au pop-corn ! Celle-ci détruira les systèmes d’armes de votre adversaire ou paralysera son siège social pendant deux jours. Bien sûr, il peut aussi arriver qu’une bombe ne s’allume pas du tout… pas étonnant, vu le climat…

    E) Opinion : Le prochain jour des élections approche, et certains habitants de l’île pourraient ne pas se prononcer en votre faveur ? La police secrète se fera un plaisir d’aider ces électeurs en leur lavant le cerveau (moyennant un dédommagement de votre part, bien entendu). Le jour des élections, la personne ainsi influencée vous élit président – à moins que le lavage de cerveau ne soit trop faible, ce qui peut arriver.

    Le DJ Radio Ron (Radio)

    Radio Ron est un habitant de l’île sympathique et joyeux. Cependant, il ne prend pas sa responsabilité de représentant de la liberté de la presse très au sérieux. Et c’est pourquoi, dans la bataille électorale contre Cash, vous pouvez merveilleusement faire diffuser à la radio toutes sortes de mensonges et de contre-vérités sur vos coéquipiers, ce qui pourrait avoir des conséquences intéressantes sur le comportement des électeurs…

    La barmaid Lola Libre (Club chez Lola)

    Lola Libre est la barmaid au sang chaud de Mad Island. Elle est la seule à pouvoir servir de l’alcool sur l’île, et c’est pourquoi son bar est le lieu de rencontre préféré de tous les habitants de l’île, qu’ils soient opposants politiques ou non. Ici, on peut faire la fête sans tomber – bien sûr, seulement contre le prix correspondant. Soyez généreux, on vous en remerciera peut-être…

    Un tel bar est aussi un havre pour les habitants de l’île désespérés et en manque de chance. Si, en tant que ministre, vous êtes injustement payé par l’actuel président et que vous ne voyez aucune chance que ce sale type soit prochainement démis de ses fonctions, payez quelques tournées de rhum au bar de Lola et – qui sait – peut-être que votre triste plainte ébranlera tellement les insulaires présents qu’il s’ensuivra une petite révolution spontanée et que de nouvelles élections seront organisées. Mais peut-être que rien ne se passera. Comme dans la vraie vie.

    Le travailleur Munoz (Place du village)

    Il s’appelle Munoz, et vous pouvez le trouver à l’heure de la sieste obligatoire sous l’arbre près de la place du village. Il aime la tequila et tous ceux qui le soutiennent dans sa lutte (assez passive) contre les employeurs oppresseurs et exploiteurs. N’attendez pas trop d’actions de sa part, mais il peut très bien faire pencher la balance lors des élections présidentielles…

    Si vous vous trouvez sur la place du village, vous pouvez aussi envisager de faire un discours spontané sur votre situation politique ou vos projets sur l’île. Il vous suffit de cliquer sur le microphone de la véranda à droite de l’image. Vous serez alors confronté à une série de déclarations qui vous viennent à l’esprit. Faites votre choix avec précaution : D’autres ont déjà parlé à tort et à travers. Un tel discours peut faire des merveilles, surtout pendant une campagne électorale.

    Le président (Palais du président)

    Le président de l’île est élu par tous les habitants. Il dispose de toute une série de possibilités d’action :

    1 : il décide quel ministre obtient quel ministère.

    2 : il reçoit l’argent du budget des ambassadeurs.

    3 : il distribue l’argent à ses ministres comme il l’entend.

    4. Il peut faire construire et développer sa ferme d’ananas en Antarctique. En effet, à quoi sert la plus élégante des évasions de l’île si l’on ne possède pas un domicile approprié pour y prendre sa retraite ?

    5 : il fixe les impôts. Mais attention : cela ne rapporte pas d’argent, car personne ne paierait de toute façon. La politique fiscale n’a qu’une valeur symbolique. Elle montre comment le président se positionne par rapport aux différents groupes de population. Faites-vous par exemple plaisir à la population en réduisant l’impôt ecclésiastique ? C’est bien, mais le cardinal ne s’en réjouira pas ! C’est là que le bât blesse !

    Si vous vous y prenez intelligemment en tant que président, vous avez tout à fait la possibilité de gagner un peu d’argent. D’un autre côté, le président travaille toujours dans une position particulièrement difficile :

    1. il a définitivement perdu la partie si les rebelles prennent le pouvoir pendant son mandat.

    2. il peut être renversé par les ministres par un vote de confiance et doit alors craindre leur vengeance, car il ne peut pas posséder de systèmes d’armes tant qu’il est assis sur le fauteuil présidentiel. En d’autres termes, si le nouveau président le nomme ministre à un poste où son prédécesseur n’a pas obtenu de systèmes d’armes, le nouveau ministre n’en aura pas non plus !

    Par chance, un ministre peut corrompre un président élu pour qu’il lui attribue un poste ministériel particulièrement bien doté. Dans cette situation, plus on offre d’argent pour le portefeuille souhaité, plus il y a de chances que le président réagisse.

    Les ministères

    Il y a un ministère de l’air, un ministère de la marine et un ministère de l’armée de terre. c’est là que se trouvent les trois joueurs qui n’ont pas pu (ou voulu) devenir président.

    Ces trois ministères forment les éléments de l’armée de notre État-civil. Mais bien sûr, chaque arme fait ce qu’elle veut et on ne peut guère parler d’une armée unifiée.

    Cependant, les ministères sont formellement placés sous l’autorité du président. les ministres reçoivent donc leurs subventions du budget de l’État. le président peut distribuer les subventions quotidiennes comme il l’entend.

    Un ministre qui s’estime mal traité par le président peut toutefois se défendre de plusieurs manières : Il peut par exemple soutenir les rebelles qui luttent contre le président. Si les rebelles deviennent si forts qu’ils s’emparent du palais présidentiel, la partie s’arrête et le joueur qui est actuellement président a perdu. Ce qui est stupide, c’est que le ministre lui-même n’a pas encore la possibilité de quitter l’île. Dans ce jeu, il peut y avoir plusieurs perdants !

    Mais normalement, un joueur qui s’est brouillé avec le président prendra la voie « démocratique » et votera le matin au parlement sa confiance au président. Cela peut conduire à de nouvelles élections le lendemain, si au moins un de vos collègues ministres se sent également désavantagé et vote en conséquence.

    Les pactes

    Une visite à vos collègues ministres peut également s’avérer payante, bien que nous ne parlions pas ici de monnaie sonnante et trébuchante, mais d’avantages militaires et politiques. En effet, si vous rencontrez en tant que ministre l’un de vos collègues dans son ministère, vous pouvez éventuellement le persuader de conclure un pacte avec eux. Les possibilités de pactiser sont les suivantes :

    – Le complot : contre rémunération, un ministre promet de voter le lendemain une motion de censure contre le président en exercice. Le fait qu’il le fasse ou non dépend de son attitude et du montant de son salaire. Ne comptez pas trop sur le complot – et préparez un tas de pop-corn pour vous venger !

    – La partie assistance : payez au ministre une somme rondelette pour qu’il vous aide avec ses systèmes d’armement en cas d’attaque sournoise (de quelque côté que ce soit). Espérez que votre allié ne signera pas un pacte d’attaque contre vous cinq minutes plus tard…

    – Le pacte d’attaque : soudoyez un ministre pour qu’il vous aide avec ses systèmes d’armes si vous attaquez un de vos collègues avec vos propres systèmes. Une fois le pacte d’attaque conclu, n’attendez pas trop longtemps avant d’entreprendre une action militaire, sinon votre allié pourrait se montrer ingrat ! N’oubliez pas que tous les ministres ont une mémoire assez courte (y compris les anciens), ne vous attendez donc pas à ce qu’une partie soit valable plus de deux jours.

    Bien entendu, les joueurs informatiques viendront également frapper à votre porte s’ils se trouvent dans votre ministère en tant que ministres. Réfléchissez bien avant de vous engager dans une partie proposée et n’oubliez pas que vous n’êtes pas obligé de respecter tous les pactes que vous avez signés. Votre comportement sera uniquement dicté par vos compétences d’homme d’État, qui n’ont jamais été synonymes de respect inconditionnel des promesses, n’est-ce pas ?

    Le Parlement

    Chaque journée sur l’île commence par une rencontre avec le président et ses ministres. Selon la fonction que vous occupez, vous devez remplir différentes fonctions.

    En tant que président, vous distribuez généralement l’argent du budget aux différents ministres. Après avoir gagné les élections, vous attribuez également un ministère à chacun de vos collègues ou adversaires. Vous pouvez également recevoir des pots-de-vin plus ou moins importants de la part de ministres qui souhaitent obtenir un ministère particulier. Pour attribuer un ministère, cliquez d’abord sur la tête de votre candidat favori, puis sur le symbole correspondant au ministère.

    En tant que ministre, vous recevez normalement l’argent du budget quotidien du président au parlement. Après les élections, si vous n’avez pas obtenu le poste de président, vous pouvez toujours demander au président en exercice de vous accorder le ministère de votre choix, sous la forme d’un (petit ?) don d’argent.

    Visitez le Parlement pendant la journée si vous voulez savoir où en sont vos chances d’être élu président, vous avez une vue d’ensemble via une projection graphique des élections. Mais la question se pose : qui a fait cette extrapolation ? Les chiffres sont-ils exacts ? Avant de renverser le président, il serait peut-être préférable de connaître les véritables sympathies des habitants de l’île…

    Le matin d’un jour d’élection, le Parlement procède au dépouillement définitif des votes. Vous ne pouvez plus influencer le résultat (vous auriez dû y penser la veille !), mais vous pouvez vous réjouir… et notez les personnes pour lesquelles vous n’avez pas voté. Sous les tropiques, la vengeance ne se savoure pas à froid…

    Les préparatifs de fuite

    Chaque joueur a évidemment intérêt non seulement à finir d’équiper son domicile en Antarctique, mais aussi à être en mesure d’y émigrer au moment crucial de la prise de pouvoir par les rebelles. Cela lui permet de s’échapper.

    Chacun des trois ministres dispose d’une possibilité de fuite différente qu’il doit construire au cours du jeu :

    – Le ministre de la Marine s’enfuit avec un téléporteur.
    – Le ministre de l’Air s’échappe avec un OVNI.
    – Le ministre de l’Armée s’enfuit avec un missile.

    Le joueur qui est président au moment de la prise de pouvoir par les rebelles n’a aucune possibilité de fuite et a donc automatiquement perdu la partie.

    Chacune des trois possibilités de fuite se compose de quatre pièces qui peuvent être obtenues dans les deux ambassades. Cependant, il faut acheter les pièces dans un ordre prédéfini et, malheureusement, les pièces sont toujours disponibles dans une autre ambassade. Cela signifie que les joueurs doivent constamment changer d’avis politique au cours du jeu, car les pièces manquantes ne sont obtenues que lorsque l’ambassadeur correspondant apprécie particulièrement l’acheteur ! Ne perdez donc jamais de vue la direction du vent des Caraïbes dans lequel vous accrochez votre manteau…

    Il est important de garder à l’esprit que l’échappatoire, si elle est construite, reste toujours dans le ministère qui l’a construite, et non dans le joueur qui a construit l’échappatoire. Cela signifie qu’un joueur peut perdre sa possibilité d’évasion si le président lui attribue par exemple un autre ministère !

    La seule façon d’éviter cela est de corrompre le président lors de l’attribution des portefeuilles (voir « Le Parlement ») afin de récupérer le « portefeuille souhaité ».

    En tant que ministre, vous devriez faire attention à vos possibilités de fuite, car il existe un autre moyen douloureux d’en perdre une partie : Si votre ministère est attaqué par un méchant concurrent et que l’énergie de votre bâtiment tombe à zéro, vous perdez automatiquement la dernière partie de la possibilité de fuite que vous avez achetée.

    Bien sûr, rien n’empêche de renvoyer de cette manière un collègue presque prêt à s’enfuir…

    Votre fuite commence automatiquement au moment où les rebelles ont pris le palais présidentiel. Vous n’êtes pas encore prêt à partir ? Alors aidez le président et défendez le palais ! Vous voulez enfin laisser l’île derrière vous ? Personne ne vous interdit de vous ranger du côté des rebelles…

    Campagne électorale

    La campagne électorale est lancée lorsque deux ou trois ministres votent la confiance au président au parlement. Les joueurs ont alors la possibilité de récolter (ou de faire voter) le plus de voix possible tout au long de la journée.

    Le président peut également participer à la campagne électorale, tout comme ses trois ministres.

    L’élection du nouveau président a lieu le lendemain matin au parlement. On voit alors exactement quel habitant de l’île vote et comment. Tous les habitants ont d’ailleurs le droit de vote, c’est-à-dire aussi bien les quatre joueurs que les ambassadeurs, les rebelles ou le cardinal.

    Les joueurs ont plusieurs possibilités d’influencer le choix des électeurs :

    – Créer et imprimer des affiches.

    Chaque joueur peut créer une affiche de campagne dans son bureau, en rassemblant jusqu’à trois slogans électoraux sur son affiche. Il peut ensuite faire imprimer l’affiche à un nombre d’exemplaires réglable.

    On peut d’ailleurs voir toutes les affiches de campagne des joueurs sur la place du village, elles sont collées à l’arbre !

    – Faire un discours de campagne

    Sur la place du village, chaque joueur peut faire un discours de campagne, il s’agit de parler aux habitants qui se trouvent sur la place du village au moment de votre discours, mais attention : vous ne pouvez faire un discours qu’une fois par jour, faites donc attention à ce que vous dites, vous ne pourrez peut-être pas vous sortir d’une situation inextricable plus tard !

    – Faire lancer des actions méchantes par la police secrète (voir aussi « Le POLICE SECRET »)

    Si tu t’entends bien avec Fritz Canone, le chef de la police secrète, tu peux Laisser ce dernier lancer une série d’actions désagréables, mais efficaces.

    – Cadeaux électoraux

    Bien entendu, il est également utile d’offrir de généreux cadeaux électoraux à certains habitants des îles pour obtenir leur vote. Par exemple, un don d’argent ou d’armes aux deux rebelles peut les aider à obtenir leur vote, à moins qu’ils ne se soient déjà tellement brouillés avec les rebelles qu’ils ne soient plus autorisés à voter. Ou alors quelqu’un vous a devancé ou a surenchéri sur le volume de votre don. Eh bien, la vie est dure.

    Les armes

    Chaque ministère possède des armes correspondant à sa catégorie :

    – Le ministère de la Marine possède des sous-marins
    – Le ministère de l’Air possède des dirigeables
    – Le ministère de l’Armée de terre possède des chars.

    Chacun des trois systèmes d’armes existe en trois tailles différentes. Plus un système est grand, plus la portée des projectiles popcorn qu’il envoie est grande. Attaquez les systèmes inférieurs en taille relativement sans danger en restant hors de leur portée ! Bien sûr, il n’est pas dit que votre adversaire ne se déplacera pas immédiatement avec quelques systèmes plus grands, mais soyez prêt à être surpris !

    Lorsque vous attribuez des ministères, tenez compte des avantages que vous pourriez tirer de certains systèmes pour d’éventuelles actions de guerre. Un char d’assaut, par exemple, dépend de l’infrastructure existante, tandis qu’un dirigeable peut atteindre n’importe quel coin de l’île par voie aérienne. D’autre part, les trajets d’un char d’assaut sont plus courts que ceux d’un sous-marin, qui ne peut faire le tour de l’île que dans l’eau.

    La puissance de feu d’un zeppelin est relativement faible par rapport à celle d’un autre système, vous voyez bien que la décision n’est pas facile à prendre…

    Une tactique supplémentaire consiste à placer des systèmes d’armement hors de la vue de vos concurrents. Vous et les joueurs de l’ordinateur ne pouvez voir les systèmes d’armes étrangers sur la carte de Mad Island que s’ils se trouvent dans le rayon d’action d’un de vos propres systèmes (y compris votre véhicule de service). Dans le cas contraire, les systèmes sont « invisibles » pour les joueurs. Que diriez-vous d’une attaque surprise ?

    Les armes ne peuvent être achetées qu’auprès du cardinal. Si tous vos systèmes ont été mis hors service ou donnés aux rebelles et que vous êtes en conflit avec Woytila, vous feriez mieux de trouver une solution rapidement, car sans armes, vous pouvez avoir l’air très vieux dans certaines situations de jeu.

    Sur Mad Island, on ne tire qu’avec du pop-corn, que l’on peut acheter à l’usine de pop-corn de Monsieur Meiermann.

    Contrôle d’un système d’armes

    Lorsque l’on passe la souris sur son propre système d’armes, un affichage apparaît sur l’écran. Vous y apprendrez tout sur l’état de ce système d’arme.

    Si vous appuyez sur le bouton gauche de la souris lorsque vous vous trouvez au-dessus d’un système d’armes, sélectionnez-le, il se met à clignoter, vous pouvez maintenant soit diriger le système d’armes vers un nouvel emplacement en regardant n’importe où sur l’île, votre système d’armes se déplace alors automatiquement vers l’emplacement choisi. Mais n’oubliez pas qu’il est difficile de déplacer un sous-marin sur la terre ferme !

    Vous pouvez également lancer une attaque immédiate sur un bâtiment de votre région en cliquant sur le bâtiment cible avec le bouton gauche de la souris pendant que le système d’armes clignote. Une fenêtre d’action spéciale vous propose alors plusieurs possibilités d’action que vous pouvez déclencher en appuyant sur un bouton :

    – Attaque (Angriff) : Le système d’armement sélectionné se déplace vers le bâtiment jusqu’à ce qu’il soit à portée de poussée. Il commence alors à bombarder le bâtiment de pop-corn.

    – Protéger (Schützen) : Fonctionne de la même manière que l’attaque, mais votre système d’arme se gare à proximité du bâtiment sélectionné pour le protéger en cas d’attaque ennemie. Si une telle attaque a lieu, votre système d’armes tentera de détruire le système ennemi.

    Vous pouvez également passer votre souris sur la fenêtre d’état affichée et y modifier les paramètres d’état du système d’armes ou y placer des actions spéciales.

    (A) : montre le système d’armes sélectionné.

    (B) : montre combien d’énergie il reste à votre système d’armes. Veillez à ce que le système d’armement rentre à temps à la base pour la maintenance, sinon vous le perdrez.

    (C) : indique la quantité de pop-corn encore disponible dans le système d’arme. Lorsque les munitions sont épuisées, le système doit retourner à sa base pour être réapprovisionné. Pour cela, cliquez sur le bouton Home (voir (E)).

    (D) : vous montre comment le système d’armes réagit aux systèmes d’armes des deux autres ministres ainsi qu’aux systèmes d’armes des rebelles. Avec les trois icônes du bas, vous déterminez si un tel système doit être considéré comme hostile ou non lorsque votre propre système d’armes s’en approche. Notez que le symbole de la tête de mort ne signifie PAS « amitié » et que le symbole de la paix ne signifie pas une attitude belliqueuse. Si votre système reconnaît un autre système comme hostile, une bataille de pop-corn commence automatiquement. Toi, toi, toi !

    (E) : cliquez pour renvoyer le système à sa base d’origine, par exemple pour le réparer ou le moderniser.

    (F) : cliquez si vous souhaitez désélectionner le système, c’est-à-dire annuler l’action.

    Si vous n’êtes pas un tyran qui se bat avec des systèmes d’armes individuels, mais qui mise tout sur une seule carte et qui préfère en principe l’offensive générale avec tous les systèmes d’armes en même temps (Waouh ! Oui !), vous serez heureux de voir le bouton TOUT apparaître dans la fenêtre de contrôle des armes dès que vous possédez plus d’un système d’armes. Cliquez sur ce bouton avec le bouton gauche de la souris et vous pourrez décider pour tous vos systèmes d’armes où ils doivent se déplacer et quelle est leur attitude vis-à-vis des autres ministres. Cette fonction est idéale pour coordonner les mouvements des systèmes d’armes si vous en possédez un grand nombre.

    Bouton droit de la souris pour zoomer sur un endroit.

    Combats

    C’est parti : vous devez vous battre contre un bâtiment spécifique ou un autre système d’armes. Comment allez-vous procéder ?

    1. vous êtes le président ? Félicitations, mais vous ne possédez aucun système d’arme.

    2. vérifiez dans votre ministère le nombre de vos systèmes d’armes (n’est-ce pas possible d’en avoir un de plus ?) et la quantité de munitions pour pop-corn. Tous les systèmes sont-ils intacts ? Tous les systèmes sont-ils équipés de munitions ? Si ce n’est pas le cas, vous devriez envisager de faire des réparations ou d’acheter du pop-corn avant l’attaque. Les systèmes détruits par les flots de pop-corn peuvent vous coûter assez cher à la longue.

    3) Essayez de déterminer avec sang-froid la situation tardive de votre adversaire. Quels systèmes d’armes possède-t-il ? Comment et où sont-ils répartis ? N’utilisez pas votre plus petit système pour attaquer le plus grand de votre adversaire, sinon vous risquez de vous retrouver avec une fin en queue de poisson.

    4. choisissez parmi vos systèmes d’armes ceux qui doivent lancer l’attaque. Pour en savoir plus sur la manière de procéder et de contrôler les systèmes, consultez la rubrique « Contrôle d’un système d’arme ».

    5. observez maintenant la carte de Mad Island. Vous pouvez voir que votre système d’armes se met en mouvement. Selon la portée du système, il commencera plus ou moins tôt à tirer sur la cible choisie. Pointez le curseur de la souris sur la cible et vous verrez l’énergie de la cible diminuer lentement (ou plus rapidement).

    Si la cible est un bâtiment, vous verrez un tas de porcs qui augmente. Si un bâtiment disparaît complètement sous la montagne de pop-corn, il sera inaccessible pendant au moins une journée. Pensez donc aux conséquences si vous tirez sur certains bâtiments. Si la cible est un autre système d’arme, elle est détruite dès que sa valeur d’énergie est réduite à zéro.

    6) Vous pouvez annuler une attaque à tout moment en sélectionnant le système d’armes concerné et en lui donnant une nouvelle destination. En mode multi-joueurs, ce type d’action est particulièrement efficace pour écraser un joueur humain… excusez-moi, je ne le pensais pas !

    7. les bâtiments peuvent être sélectionnés directement comme cible, mais pour les systèmes d’armement ennemis, la procédure est différente : vous réglez votre système d’armement sur l’ennemi souhaité et vous vous approchez du système ennemi souhaité. Veillez à ne pas attaquer un système ennemi qui vous est déjà hostile et qui possède un empire supérieur au vôtre !

    Veuillez noter que pour des raisons de confort de jeu, toute unité attaquée recule automatiquement (si cela est possible en termes de munitions et de mouvement).

    Pour attaquer un bâtiment, sélectionnez une unité militaire puis choisissez la cible.

    ANGREIFEN : ATTAQUER
    SCHÜTZEN : PROTEGER
    ABBRUCH : ANNULER

    La fin du jeu

    Le jeu se termine au moment où les rebelles ont pris le palais présidentiel.

    À partir de ce moment, tout se déroule automatiquement :

    – Le président est placé par les rebelles sur une île flottante en plastique dans la mer des Caraïbes. Il perd tous ses biens et est le grand perdant du jeu. Mais ne vous apitoyez pas sur son sort : le président aurait dû veiller à ce que ses ministres le protègent mieux ! La vie est dure, MAIS INJUSTE !

    – Les ministres s’installent dans leur engin de sauvetage (à condition bien sûr d’en avoir terminé un) et se rendent dans leur ferme d’ananas en Antarctique (à condition bien sûr qu’une ferme ait été construite auparavant). Le ministre qui a le plus développé sa plantation d’ananas et qui possède une unité d’évasion complète est le vainqueur de la partie.

    Les ministres qui n’ont malheureusement pas encore réussi à terminer leur appareil de fuite sont placés sur l’île de caoutchouc avec le président et ont également perdu la partie. Dans ce genre de situation, prenez votre propre décision : est-ce que la souffrance partagée est vraiment la moitié de la souffrance, ou qui est vraiment à blâmer pour cette cette faillite ? Nous ne sommes d’ailleurs pas responsables des dommages consécutifs à de telles discussions en mode deux joueurs !

    Questions et réponses sur le jeu

    Ne lisez cette section que si vous n’avez pas envie d’inventer vous-même des tactiques et des stratégies de jeu. Une grande partie de l’intérêt de Caribbean disaster réside dans le fait de découvrir, au cours du jeu, quelle action aura quel effet, à quel moment et à quel endroit. Ne lisez pas plus loin ! Nous vous avons prévenu…

    Q : Je me suis réveillé un beau matin, et la moitié de mon énergie de soutien est partie en fumée. Ou certains de mes systèmes d’armure ont disparu sans laisser de trace, Avant cela, il y a eu un petit bruit de fond.

    R : Eh bien, vous avez clairement été victime d’une tentative d’assassinat. Fritz Canone vous a mis une bombe à pop-corn sous le nez, après avoir reçu un ordre de l’un de vos adversaires. La vie est dure… mais vous le savez maintenant vous-même. Faites attention aux informations de Radio Ron, il voit presque tout ce qui se passe sur l’île…

    Q : J’aimerais tellement être élu président, mais les habitants de l’île semblent se moquer de moi, car personne ne vote pour moi. Qu’est-ce que je peux faire ?

    R : En principe, il est très difficile de satisfaire tout le monde en même temps. Tout d’abord, vous devriez vous renseigner auprès de Fritz Canone sur les habitants de l’île qui sont pour et contre vous. Cela peut coûter beaucoup d’argent, mais vous en tirerez probablement beaucoup plus de bénéfices plus tard. Concentrez-vous maintenant sur les personnes qui sont déjà de votre côté. Faites tout ce que vous pouvez pour les impressionner. Et les autres… puisque vous êtes déjà chez Fritz Canone…

    Q : Je n’ai toujours pas réussi à me faire élire président, même si j’ai soudoyé des gens comme un imbécile. Et maintenant ?

    R : L’argent est tout sur Mad Island, mais l’argent n’est pas tout, si vous voyez ce que je veux dire : Surtout dans les campagnes électorales, c’est la présence personnelle qui garantit le succès (ou l’échec) ! N’oubliez donc jamais d’imprimer des affiches électorales en grand nombre et, si nécessaire, d’organiser une cérémonie électorale sur la place du village. Faites attention à ne pas vous contredire ou à ne pas choisir des thèmes qui feraient fuir le dernier électeur (un petit conseil : tout le monde aime boire sur l’île !). D’ailleurs, il ne sert à rien de se présenter d’un seul coup comme pro-américain et prorusse, par exemple. Vous ne ferez que provoquer la colère des deux partis…

    Q : Malheureusement, je ne suis toujours pas en mesure de devenir président, bien que le dossier de Fritz Canone indique que certains électeurs me vénèrent littéralement. Que faire maintenant ?

    R : Cette admiration ne signifie pas que les électeurs ne trouvent pas un autre candidat tout aussi sympathique. Parfois, seuls quelques points de pourcentage font la différence entre la victoire et la défaite. Si vous voulez faire quelque chose de plus pour votre image, voici ce que vous pouvez faire (mais cela reste entre nous !): rendez visite au cardinal et faites-lui un don de 10.000 dollars.

    Q : Quoi ? 10.000 ?! Mais c’est…

    R : Silence ! En échange de cet argent, vous recevrez une carte VIP que vous pourrez utiliser dans le bar de Lola comme moyen de paiement pour une fête. Une fête payée avec une carte VIP, ça fait vraiment bouger les électeurs ! Attendez donc qu’un maximum d’électeurs se soient rendus au bar et faites danser les poupées !

    Q : Eh bien, malgré tous les conseils, je n’ai pas réussi à devenir président. Que dois-je faire maintenant ?

    R : Très bien. Il existe une combinaison d’affiches qui vous assure les faveurs de presque tous les électeurs, même sans discours électoral. Cette combinaison se compose de TROIS slogans, et de… Non, je ne peux pas le dire. A vous de le découvrir si vous le voulez vraiment !

    Q : Mon Dieu, j’ai maintenant réuni tout ce dont j’ai besoin pour gagner : une évasion complète et un super domicile en Antarctique. Mais le jeu ne fait que continuer. Comment puis-je arrêter ?

    R : Seuls les rebelles peuvent mettre fin à la partie, et ce en réussissant à prendre d’assaut le palais présidentiel. Donc, faites en sorte que les rebelles fassent exactement cela, soutenez-les où et comme vous le pouvez. Lorsque les rebelles se sentiront suffisamment forts, ils passeront à l’action…

    Q : Je me trouve dans une situation un peu précaire. Tous mes systèmes d’armement sont en panne et je n’ai plus de munitions. Le président ne me donne pas beaucoup d’argent, les autres font ce qu’ils veulent. Qu’est-ce que je peux faire maintenant ?

    R : Vous avez fait quelque chose de mal. Si, vraiment ! Dans une telle situation, il y a à peu près deux possibilités :

    1) vous essayez de renverser le président, tôt ou tard, une motion de censure sera soutenue par l’un des joueurs de l’ordinateur, pensez aussi à la bière gratuite et aux chants de lamentation dans le bar de Lola. Vous devez maintenant faire tout ce qui est en votre pouvoir pour devenir président, même si vous préférez être ministre. Pour cela, utilisez toutes les astuces autorisées et non autorisées – adressez-vous en toute confiance à Fritz Canone ! En tant que président, distribuez votre ancien ministère en ruine à votre concurrent le plus sérieux dans le jeu (la joie est de mise !). Essayez ensuite d’amasser le plus d’argent possible, et laissez-vous ensuite réélire. Veillez à ne pas retrouver votre ancien ministère, mais à en obtenir un autre, mieux doté. Ce chemin est épineux et difficile, et il est plus facile de le lire que de le parcourir réellement. Mais il est vraiment possible – malgré quelques échecs en tant que joueur inexpérimenté – de reprendre un rôle avantageux dans le jeu de cette manière.

    2) Abandonnez et recommencez en sélectionnant l’option « New » dans la barre de contrôle. Quoi, vous l’avez vraiment fait ? Pas d’esprit de combat, hein ?

    Q : Je n’y crois pas du tout ! Je suis président depuis des lustres, tout le monde m’aime et personne ne vote pour moi ! Et pourtant, je dois être ministre pour pouvoir m’acheter des billets d’avion ! Mais si j’imprime des affiches de campagne grossières et que je tiens des discours électoraux insolents, je n’aurai plus personne sur l’île pour me vendre des choses ou me soutenir d’une quelconque manière ! Qu’est-ce que je vais faire ?

    R : Il existe une manière très peu subtile de perdre les élections en tant que président sans mettre en jeu la sympathie des électeurs. Mais nous ne vous dirons que ceci : vous avez besoin d’un assistant spécial qui peut faire disparaître certaines personnes de la population pendant un court laps de temps !

    Q : D’après le dossier, les rebelles m’aiment, ils votent même pour moi… Mais en tant que ministre, je suis constamment attaqué par eux et piétiné ! Qu’est-ce qui se passe ici ?!

    R : L’alcool est l’alcool, et les affaires sont les affaires, voilà ce qui se passe ici ! Les rebelles veulent participer à vos richesses de manière continue. Demandez à la mafia : « Nous ne le pensons vraiment pas personnellement », donnez-leur régulièrement de l’argent – Ne soyez pas trop radin ! – Les rebelles vous laisseront désormais tranquilles.

    Q : J’ai été président pendant un certain temps, mais je vais devenir ministre pour préparer ma fuite. Malheureusement, je n’y arrive pas : Dès le début, les rebelles tirent sur mon ministère et me paralysent !

    R : Plus longtemps vous restez président, plus longtemps vous ne pouvez pas payer les rebelles (vous avez déjà essayé ? ricanement !). Et plus longtemps vous ne payez pas les rebelles, plus ils sont prêts à recourir à la violence – tout cela est purement commercial, bien sûr ! Tant qu’il y a des ministres qui protègent le palais présidentiel avec leurs armes, les rebelles n’osent y attaquer que dans des conditions très précises. Mais si vous quittez le palais et devenez vous-même ministre, ça va faire du bruit !

    Q : Chaque fois que j’essaie de soudoyer les rebelles en tant que président, ils me saisissent tous mes biens ! Pourquoi ?

    R : Pourquoi pas ?

    Q : Ce n’est pas une réponse !

    R : La situation est très simple : VOUS êtes le président, eux sont les rebelles. Vous avez de l’argent, ils n’en ont pas. Vous n’avez pas d’armes pour vous défendre, alors ils vous prennent simplement votre fric. Estimez-vous heureux qu’ils ne vous prennent pas aussi la tête…

    Q : Je pactise tout le temps comme un fou, mais au moment décisif, je suis toujours abandonné par mes alliés. Pourquoi ?

    R : Premièrement, un pacte d’attaque ou d’assistance ne dure que deux jours, après quoi vos partenaires vous ont déjà oublié depuis longtemps (ils sont comme ça, les alliés !). Et deuxièmement, si le comportement de vos collègues ne vous semble pas toujours irréprochable, vous venez de découvrir l’un des grands secrets et l’une des recettes du succès de la politique internationale ! Il s’agit d’une règle ancestrale que nous avons inventée spécialement pour ce jeu : « Ce que tu ne veux pas qu’on te fasse, tu peux le faire à tous les autres, tant qu’ils ne peuvent pas se défendre ! D’accord ?

    Q : Je perds régulièrement le jeu dans le niveau de difficulté le plus bas. Y a-t-il un problème avec le programme ? Mon ordinateur est-il trop rapide ?

    R : Tout est relatif, mon cher ami, et le niveau de difficulté « le plus facile » n’est que relativement facile ! Vous devriez d’abord essayer le niveau de difficulté le plus élevé…

    Q : Mes systèmes d’armement ne se défendent pas automatiquement, alors qu’ils sont sensés le faire?

    R : Avez-vous vérifié ces derniers temps si vos systèmes sont toujours chargés ? Quoi, ils ne le sont pas ? Avec quoi vont-ils se défendre, avec de l’air chaud (alors que tous les enfants savent que le pop-corn est le seul moyen de se débarrasser de n’importe quel ennemi) ?

     

    Configuration requise:
    1 Mo de Ram

    Configuration recommandée:
    HDD

     

    Version PC VGA:

     

    Téléchargement: ADF-HDD (4 D7 PSG DE / HDD Hoodlum DE) / HDD (Hoodlum PatchFR) / ADF (4 D7 Hoodlum FR) / WHDLG (DE) / WHDLG (FR)

    (Pour lancer le jeu en HDD sans WHDLG, faut cliquer sur Carib dans le répertoire DATA)

     

    Autres jeux d’Ikarion et de Silver Style:
    Hattrick (1996 Ikarion)
    Mad News (1995 Ikarion)
    Zeppelin (1995 Ikarion)
    Produzent (1996-97 Silver Style/Games 4 Europe)

    Source:
    http://hol.abime.net/2932
    https://de.wikipedia.org/
    https://www.mobygames.com/
    https://mag.mo5.com/actu/207902/le-jeu-de-gestion-caribbean-disaster-traduit-en-francais-sur-amiga/

Affichage de 9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)

Partager sur vos réseaux sociaux préférés :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

  • Auteur
    Réponses
  • #126642
    Staff
    Aladin
    • Level 25
    • Messages : 12159

    Traduction FR

    Carib.EXE – Editeur Hexa (50 Ko de texte)

    Première version disponible. Restera à corriger d’éventuel inexactitude selon la mise en situation.

    C’est la traduction pour la version Hoodlum.

    Double exclusivité: Première fois que ce jeu est traduit dans une autre langue que l’Allemand et ce n’est que pour la version Amiga.



    #127438
    alexmenchi
    • Level 3
    • Messages : 98

    Un très grand merci car j’étais très frustré de ne pas pouvoir profiter pleinement de ce jeu :)

    #127440
    Staff
    Aladin
    • Level 25
    • Messages : 12159

    Merci.

    Oui j’ai aussi été agréablement surpris par la qualité de ce jeu. Comme dit plus haut, il restera des petites modifications à faire qui apparaîtront en y jouant. Donc n’hésitez pas à faire remonter.

    #127441
    DocteurGeek
    • Level 5
    • Messages : 208

    Je l’ai pris en fin de semaine mais pas encore testé. J’ai essayé de me mettre à Ambermoon et je le trouve vraiment impressionnant techniquement plus encore au regard de la configuration demandée. Par contre je suis mauvais mais d’une force :negative:

    #142677
    Staff
    Aladin
    • Level 25
    • Messages : 12159

    Ajout de la traduction de la doc dans la news

    #142744
    DocteurGeek
    • Level 5
    • Messages : 208

    Merci, je ne l’avais toujours pas essayé. Je viens de le reprendre du coup et de le mettre à sa place. Y a plus qu’a :good:

    #142749
    DocteurGeek
    • Level 5
    • Messages : 208

    Bon je débute avec WHDLoad. Tous mes jeux fonctionnent mais dès que c’est un générique ça plante. « Error Access Fault » :unsure:

    #142750
    Staff
    Aladin
    • Level 25
    • Messages : 12159

    Tu peux aussi le lancer en version HDD normal en attendant que ton système soit mieux réglé pour accepter les WHDLOAD » exotiques ». Tu va dans le répertoire DATA et tu cliques sur CARIB

    #142801
    DocteurGeek
    • Level 5
    • Messages : 208

    Ah oui effectivement comme ça ça fonctionne. Va falloir que je me penche là dessus oui parce que tant qu’à faire du WHDLoad autant y aller jusqu’au bout. Je rajoute ça à ma liste. Merci.

Partager sur vos réseaux sociaux préférés :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
Affichage de 9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.